La sclérose en plaques, qui fait souffrir des dizaines de milliers de personnes en Belgique, est une maladie aux nombreuses idées reçues. Voici de quoi éclairer les lanternes en ce qui concerne ce mal trop peu connu.

 

La sclérose en plaques est une maladie du système nerveux central qui se caractérise par une perte de myéline. La myéline est une substance qui enveloppe les nerfs et qui assure la transmission rapide de l’influx nerveux. Lorsqu’elle est détériorée, la myéline provoque une perturbation des informations reliant le cerveau au reste du corps. Sur le long terme, ces perturbations entraînent un handicap plus au moins sévères. La présence de cicatrices sur les différents endroits du corps ou la myéline manque sont la raison du nom “sclérose en plaques”.

Les origines de la sclérose en plaques reste un mystère, même si les recherches actuelles tendent à montrer des prédisposition génétiques ou des facteurs environnementaux. Elle n’est cependant pas considérée comme une maladie héréditaire.

Qui est touché par la sclérose en plaques ? Les femmes entre 20 et 40 ans sont les plus touchées mais rassurez-vous Mesdames, elle n’a aucun impact sur la grossesse. Elle aurait même un effet ralentissant sur la fréquence des poussées.

La sclérose en plaques peut se manifester de différentes manières tant les symptômes varient d’un patient à l’autre. La maladie se manifeste et évolue par crises successives. Au fil du temps, les symptômes apparaissent et disparaissent inopinément. Plus le temps passe, plus les crises laissent des séquelles.

La maladie est difficilement détectable. Il n’y a pas de méthode à 100% fiable. Il faudra procéder à toute une batterie d’examen (ponction lombaire, IRM, entre autres) afin d’établir un diagnostic et trouver l’éventuelle présence d’inflammation ou de plaques.

Il existe 3 formes de sclérose en plaques:

  • La forme rémittente: Phase la plus souvent rencontrée, elle alterne poussées et stades de rémission.
  • La forme secondaire progressive: Dans ce cas-là, les malade voient la maladie s’aggraver, et nécessite à long terme une aide à la marche.
  • La forme progressive d’emblée: C’est la plus rare, elle apparaît après 40 ans et se développe très rapidement avec un handicap lourd.

Comment traiter la sclérose en plaques ?

Les traitements à base de kinésithérapie, psychothérapie ou d’orthophonie aident beaucoup à la qualité de vie durant la maladie. Pour les poussées aiguës, la corticothérapie est conseillée. L’utilisation d’immuno-modulateurs réduit le processus inflammatoire et démyélinisant de la maladie. Des médicaments comme le Gilenya® ou l’Elsep® sont indiqués contre les formes agressives de sclérose en plaques mais ils nécessitent un suivi médical très rigoureux. Des traitements expérimentaux issus d’études cliniques présentent des résultats encourageants.

Vous voulez en savoir plus sur ce sujet ?